Web 2.0, et après ?

A moins de n’avoir pas surfé sur le net depuis un an, vous ne devez pas être sans savoir que la nouvelle mouvance sur la toile est le fameux web 2.0, sujet à nombreuses polémiques.
Je n’ai rien contre cette profusion de sites, innovants ou non, et qui rendent parfois la navigation sur le web pleine de surprises, tant que ces surprises sont bonnes.
Mais ce n’est pas le cas partout. Et la plupart de ces sites gonflés à l’ajax le sont aussi à la pub, parfois un peu trop envahissante au goût de nombreux internautes, mais fournissant de quoi survivre à beaucoup de webmasters (cf. mon article sur le sujet).

Là n’est pas le propos de cet article. En effet, je m’interroge un peu sur l’avenir du web, à l’heure où on nous parle de fibre optique, de wimax, et autre dégroupage total tandis que certaines contrées pas si reculées que cela n’ont toujours pas accès à l’adsl. Je me souviens d’un temps pas si ancien où l’on attendait plusieurs minutes avant de pouvoir admirer en entier la dernière photo de Rocky sur le site de la Nasa. Depuis, certains nostalgiques se plaignent de la rapidité à laquelle s’affichent les images sur les sites pornographiques qu’ils fréquentent. Et d’autres appellent humoristiquement néantherdaliens les derniers (?) utilisateurs du 56kb/s.

Depuis les choses ont changé, nous vivons dans l’empire du buzz et des digg-like, et les irréductibles du « monde libre » résistent encore et toujours à l’envahisseur Bill Gates, tandis que d’autres développent les futurs concurrents du géant Google tout en donnant l’impression que leur seul espoir est que ce dernier les gobe avant qu’ils sortent de l’oeuf (cf Cuill).

L’heure n’est plus à l’amélioration, à la création ou aux standards w3c dont le logo fait pro en pas de page mais au Page Rank, aux backlinks et au référencement. Peu importe le contenu du moment qu’on soit bien classés sur Google.

Peu importe l’accessibilité, aussi, ni la lourdeur des pages, photos et effets à télécharger par l’utilisateur.
Alors, je m’interroge sur le web3.0, celui qui laissera définitivement sur le carreau tous ceux qui n’auront pas pû suivre, par désinterêt ou parce que leur FAI n’aura pas jugé bon de faire en sorte de leur fournir un débit suffisant pour afficher des sites en 3d (pourquoi pas ?) tandis que d’autres pourront envoyer des e-mails depuis leur montre …

jeudi 13 septembre 2007 Web

2 Comments pour Web 2.0, et après ?

  • Lise dit :

    J’ai pas tout compris (enfin si que même, mais jamais entendu parlé de 2.0), mais excellent.
    C’est qui Rocky??? :p

  • Diije dit :

    Rocky est le premier robot que la NASA a envoyé sur Mars, en 1999 de mémoire, mais je peux me tromper.

    A l’époque je n’avais pas encore de haut débit et on mettait 15 minutes pour afficher une image … *nostalgie*

  • Laisser une réponse