Snowball

La neige. C’est un truc d’enfoiré ça quand même. Dieu quand il a inventé la météo il s’est dit, bon, j’ai fait l’arc en ciel, c’est joli, la pluie, c’est chiant, et ben je vais faire un mix des deux ! Donc on a la neige, c’est joli, mais ça fait chier.
Premièrement quand ça tombe c’est un peu comme la pluie : ça mouille. Sauf que là en plus d’être mouillé t’es gelé. Bah ouais, qui dit neige dit température froide. Et en plus, vu que c’est léger, le moindre coup de vent t’en fout plein la gueule.
Et même quand t’es pas dehors, quand la neige tombe, suffit que quelqu’un regarde par la fenetre pour que tout le monde affiche un sourire niais et soit tout exité.

Bon, une fois que c’est tombé, c’est joli, tout est blanc, gnagnagna, on peut aller dehors faire des bonhommes de neige (qui d’ailleurs ne ressemblent pas franchement à des bonhommes : vous avez une carotte à la place du nez et des cailloux en guise d’yeux, vous ?), des batailles de boules de neige, etc.
En parlant de Boule de Neige, c’est le nom du(des) chat(s) des Simpsons. Et j’ai jamais compris le rapport, vu qu’il(s) est(sont) noir(s). Donc si quelqu’un peut m’expliquer …
C’est quand même bien les batailles de boules de neige. T’en as pas eu assez d’être trempé quand la neige est tombée, faut que tu recommences. Ouais parce que quand t’as 5 ans, tu fais que jetter deux trois boules dans la tronche des copains, mais très vite le but du jeu c’est que les (sous) vêtements des filles soient trempés. Faut dire aussi qu’elles le cherchent, sinon elles se débrouilleraient pour éviter de passer dans le coin. C’est quand même très con, parce qu’une fois qu’elle aura une pneumonie, la fille, elle aura l’air vachement moins sexy avec ses 5 pulls et ses 3 écharpes.

Mais surtout, c’est n’est qu’une fois qu’elle est tombée que la neige devient vraiment diabolique. Bah ouais, une belle couche de neige, on se méfie pas. Les chinois comprennent pas tous et à voir leurs têtes ils ont l’air de se dire « Tiens, y’avait une soirée mousse dans toute la ville cette nuit ? Pourquoi j’étais pas au courant ? » et on pourrait leur répondre qu’ils l’étaient, mais qu’ils sont chinois et qu’ils n’avaient pas capté, mais je m’égare.
Bien souvent, la couche de neige, dans ma campagne natale, ne fait que recouvrir de la neige. Mais en ville c’est vachement plus traitre. Mise en situation : Dimanche soir, 22h, vous descendez du train, Clermont-Ferrand est sous la neige. Pas de problème, je vais prendre le bus pour rentrer chez moi, en prennant le temps au passage d’admirer les quelques affolés qui se préparent à affronter le monde exterieur comme s’il sagissait de marcher jusqu’au Pôle Nord. Ah, tiens, y’a pas de bus à cause de la neige.
Ok, on rentre à pied. Ouais, sauf que sous la fine couche de neige se cache une belle plaque de verglas. Sur presque tout le trajet. Alors on se fout de la gueule des pingouins à cause de leur façon de marcher, mais en fait je les comprend, sur la glace, l’adhérence c’est pas génial, surtout quand on a des semelles lisses …
Heureusement, par endroit la neige a fondu, et apparement le trottoir est toujours là. Génial, une petite pointe de vitesse et hop, on se prépare à retourner sur le verglas. Sauf que y’a un stade, quand la neige n’est plus tout à fait de la neige et pas encore tout à fait de l’eau, ça a un aspect de neige, on jurerait que c’en est, jusqu’à ce qu’on marche dessus, parce que là on en a plein les chaussettes et on a réalisé que c’était une flaque d’eau.

Alors voilà, y’a plein de gens qui ont l’air d’adorer ça, mais au final c’est comme les Pandas, c’est inutile.

lundi 15 décembre 2008 Diije, Divers

Laisser une réponse