Cyprien

J’ai eu l’immense privilège (ou pas) de voir Cyprien, le film, pas le blogueur, y’a pas longtemps. Ouais, je sais, ça fait un moment qu’il est sorti au cinéma, mais voilà, moi, les navets, je préfère attendre qu’ils sortent en DVD pour les regarder.

Et c’est vraiment un navet, pour le coup. Bon, je ne dis pas que certaines scènes ne m’ont pas fait rire, parce que je dois bien avouer que je suis quand même plutôt bon public. M’enfin, mis à part ces quelques situations ou répliques lolifiantes (ouais je me mets à la portée du public du film, t’as vu ?), ça ne vole pas bien haut.

(Là en temps normal j’aurais inséré la BA du film, mais il est tellement naze que j’ai pas envie.)

Je ne suis pas particulièrement fan d’Elie Semoun, mais comme tout le monde je me suis quand même bien marré devant ses Petites Annonces. Et justement, il donne l’impression de jouer dans le film de la même façon que dans ses sketches. En gros dans le film, on a la carricature du Nerd des 80s et celle du beau gosse bourré de fric qui se la pète. Je vous avouerai qu’un sketch de plus d’une heure trente, c’est longuet.

D’autant que, étant un geek, je ne trouve pas ça super drôle, la carricature poussée à l’extrème. Il faut admettre que le geek moyen ne s’habille pas comme un danceur de tektonik, mais enfin, on ne s’habille pas comme les Deschiens (qui eux sont drôles) pour autant. Du coup, les incroyables rebondissements qu’on voit venir dès le début perdent leur peu d’interêt, et je me demande un peu comment j’ai tenu jusqu’à la fin du film.

Pour conclure je dirais que c’est bien dommage qu’en France, alors que de plus en plus de gens se disent des geeks, nous soyons toujours vus comme ça par le grand public. Enfin, on est toujours content de venir nous trouver quand l’ordinateur a un souci …
Et pour ceux qui n’ont pas compris : regardez pas ce film.

Samedi 5 septembre 2009 Diije, Divers Pas de commentaire

Le net change de statut

La rentrée, c’est le moment de l’année où on reprend l’école, le boulot, ou les vacances pour ma part :p
Mais c’est aussi le moment pour les chaines de télé, radios, magasines et autres journaux de dévoiler leurs nouvelles grilles des programmes, formules, rubriques, …

Cette année, une chose me saute aux yeux : alors qu’il n’y a pas si longtemps on n’entendait parler d’Internet que de temps en temps quand, pour boucher les trous, un chroniqueur nous sortait les vidéos lolilol qui avaient buzzé 6 mois auparavant, aujourd’hui on voit fleurir des rubriques « buzz du net », « le site du jour » et consorts, des émissions quotidiennes n’hésitent plus à consacrer un numéro aux comportements à risques sur le web, et le lag entre le moment où un buzz éclate sur Internet et où il est relayé dans les media traditionnels n’est plus que de quelques jours. Internet n’est plus un tabou, les journalistes du net commencent à être considérés comme des collègues par leurs pairs, et même si tout n’est pas parfait les choses changent.
J’ai envie de dire qu’il était temps, et que certaines autres sphères feraient bien de s’y mettre aussi, au changement.

Tout ça me fait penser à cette citation de Gandhi, d’ailleurs souvent utilisée au sujet de Linux :

First they ignore you, then they ridicule you, then they fight you, then you win.

Ce changement de statut du net vis-à-vis des autres media n’est pas dû à un éclair de génie de leur part, mais à nos habitudes qui changent : on achète de moins en moins de journaux papiers, on regarde de moins en moins la télé, on écoute de moins en moins la radio, tout ça au profit d’Internet, où on peut choisir de lire/regarder/écouter ce qui nous plaît, n’importe où, n’importe quand, d’avoir simultanément des dizaines de points de vue différents et même d’exprimer le notre. Jusqu’où tout cela ira-t-il ? Difficile à dire, car même si l’on commence à voir apparaître des émissions et des séries diffusées exclusivement via Internet, prouvant au passage que ce modèle économique est viable, je doute que Madame Michu cesse de s’abrutir devant TF1 ou de lire des âneries dans les journaux, pour se mettre à le faire sur Internet.

En tout cas je suis toujours aussi atterré par ces dirigeants qui n’ont toujours pas compris qu’il n’y a plus d’avenir sans Internet.

Lundi 31 août 2009 Diije, Web Pas de commentaire

Flemme

J’ai deux articles à écrire (au moins), mais j’ai la flemme en fait.
Du coup, je vous signale juste que l’OHVI a maintenant un compte twitter, et ça c’est cool.

Sinon je vais peut être rajouter un article sur Cyprien (le film avec Elie Semoun) à ma TODO-list, si vous êtes sages.

Samedi 29 août 2009 Diije, Divers Pas de commentaire

Social Networks at stake

Vous avez peut être entendu parler du rachat par Facebook de Friendfeed, le service social (HAHA) à la mode ces derniers temps. Pour ceux qui n’ont pas testé Friendfeed, c’est une sorte d’agrégateur qui regroupe l’activité de vos contacts sur les divers réseaux sociaux où ils sont présents. Ca part donc d’une très bonne idée, même si je n’ai personnellement pas franchement accroché. Cela étant, tous ne semblent pas apprécier cette acquisition :

Au delà de l’aspect humoristique de la vidéo, on peut tout de même se demander ce qui ressortira d’une éventuelle intégration de Friendfeed à Facebook. Comme le dit Loïc Le Meur (tm, ©, toussa, j’veux pas de procès :p), il sera intéressant de voir comment Facebook gèrera les flux provenant de ses concurrents, dont Twitter.

Au sujet de Twitter (superbe transition, n’est-ce pas ?), qu’on compare souvent à l’IRC, je me demande comment ce service évoluera lui aussi. La multitude de sites proposant des services liés à Twitter (raccourcissement d’url, hébergement d’image, vidéo, classements, …) est impressionnante et me fait penser que les dirigeants de Twitter n’ont finalement que peu de souci à se faire quant à l’avenir de leur site. Je m’étonne même qu’on n’ait pas encore (à ma connaissance) trouvé un moyen de faire du P2P via Twitter, mais ça ne tardera sûrement pas.

Finalement, je ne suis pas hostile à une uniformisation des réseaux sociaux, ce que Google Open Social se proposait d’ailleurs de faire il y a bientôt deux ans. Car même si on ne transmet pas les mêmes informations sur chacun de ces réseaux, une bonne part est commune, et j’ai du mal à voir l’interêt de dupliquer l’information.

Mardi 11 août 2009 Diije, Web Pas de commentaire

Hadopi 2

Je n’ai pas l’habitude de parler de politique sur ce blog. D’ailleurs la tendance actuelle de médiatiser la politique me déplaît beaucoup et, je trouve, dénature la chose. Mais passons.

En ce moment à l’Assemblée, les députés débatent de la nouvelle version de la loi Création et Internet, ou Hadopi 2. On sent bien qu’ils sont pas mal encrés dans leur système de partis, et qu’au lieu de chercher à comprendre ce dont il est question ils suivent le chef comme des moutons, d’un côté comme de l’autre, à de rares exceptions près. Il faut quand même saluer les interventions de certains qui semblent y voir un peu plus loin que le bout de leur nez, enfin des députés qui font leur boulot !

Donc, certains députés s’affichent contre la loi par conviction, d’autres parce que leur chef leur a dit que c’était ça qu’il fallait voter, d’autres sont totalement pour alors qu’ils savent même pas de quoi ça parle, tout est normal en bref. Maintenant passons à l’étage supérieur, ou inférieur d’ailleurs, les journaleux. Là encore de rares types ont pigé que l’Hadopi n’était pas, de loin, la meilleure réponse à donner à l’évolution du marché de la culture, mais les autres, la grande majorité des rédacteurs, présentateurs, intervenants et consorts, semblent être pour, parce qu’il faut défendre les artistes, toussa. Oui, ok, défendons les artistes. M’enfin, la loi en question défend plus les maisons de disques (qui enflent les artistes depuis des années au passage) que les artistes. D’ailleurs, est-ce que ça ne serait pas encourager les artistes, confirmés comme débutants, que de les inciter à trouver de nouvelles manières de gagner leur vie, pourquoi pas en se passant de maisons de disques ? Pour certains ça marche très bien, pourquoi pas les autres ?

Attention, je ne suis pas en train de défendre les pirates et autres téléchargeurs illégaux, évidemment qu’il faut revoir le système, et rémunérer les créatifs, mais la répression ou l’éducation (enfin, apprendre aux gens des choses fausses et dépassées, c’est navrant), ce n’est à mon avis que faire stagner le système, essayer de faire tenir un bâtiment dont les fondations sont déjà bien mal en point. On peut d’ailleurs ici faire un parallèle avec l’ensemble du système économique capitaliste tel qu’il existe aujourd’hui. Le conservatisme aveugle ne va pas nous mener bien loin, et j’ai presque l’impression que les rares personnes qui innovent sont montrées du doigt et considérées comme de vilains petits canards au lieu d’être pris comme modèles.

En tout cas, j’ai la sensation d’avoir découvert plus d’artistes plus intéressants que les « tubes » aseptisés qu’on nous balance à la radio par le bouche à oreilles et internet que par la pub des maisons de disques. D’ailleurs dans bien des cas, impossible de trouver leurs albums à la fnac …
Je ne sais plus qui dit dans un documentaire sur la bulle internet que j’ai vu il y a quelques jours (partie 1 et partie 2) qu’à l’époque, le simple fait d’être jeune faisait de vous un expert au sujet d’internet et des nouvelles technologies. Visiblement ça n’a pas duré. Est-ce que pour autant on a tort de dire qu’Hadopi n’ira pas loin ? J’en doute fort :)

Mercredi 22 juillet 2009 Diije, Musique(s), Web Pas de commentaire