LPJDRDTV

Aujourd’hui, j’innove, je conceptualise. Review d’un film pendant le visionnage. Gare aux spoilers, il va y en avoir.
Je précise que j’ai jamais vu le film, et que je donne juste mon point de vue :p

Le Premier Jour du Reste de ta Vie

C’est assez marrant, 88, mon année de naissance. A l’époque c’était les tous débuts des patchs anti-tabac, apparemment.
Ca commence par l’enterrement d’un chien, très romanesque.
Et ensuite il rencontre une fille. Le héros, pas le chien, lui il est mort. Elle est un peu cinglée, la fille. J’imagine que c’était la mode, à l’époque, le thé vert prémaché par des moines tibétains. Aujourd’hui c’est plutôt les moines tibétains prémachés par les chinois. En tout cas les saligauds ils couchent dès le premier soir !

Ensuite on fait un saut 5 ans plus tard. Période Grunge, Kurt Cobain et compagnie. On apprend que Grunge est un terme qui désigne les mycoses qu’on a entre les doigts de pieds. Ca c’est de l’info qui déchire.
Evidemment la petite soeur du mec de toute à l’heure est maintenant une adolescente en pleine crise, c’est marrant ça rappelle des souvenirs. Par contre ses parents les enflures ont oublié son anniversaire, on comprend qu’elle se rebelle la pauvre petite.
La scène où elle est devant les parents de son petit ami avec du sperme plein la bouche est assez drôle :p
Par contre le copain en question chante comme une merde.
OH MON DIEU ! DU SANG SOUS LA PORTE ! Mais non, c’est pas un film d’horreur, juste l’équivalent de « te voilà un homme, fils » en féminin. Ouais, tu t’es fait baiser, ma fille, c’est le cas de le dire 😀
Le repas de famille qui se barre en couille grave. Scène classique dans les trucs français, mais particulièrement drôle ici.
Par contre la fête où y’a des gens de 15 à 25 ans qui s’enfile des teq-pafs, j’y crois moyen.

Et encore un effet de style classique : le gros silence figé avec gros plan sur la tête des persos principaux pour nous montrer que le charme est rompu. Ouais, il lui a cassé le nez, quoi. En tout cas les statuts on changé : le fils prodige se révèle pas si parfait que ça, le raté est plus sympa qu’il n’en a l’air, et la fille est devenue une femme, tout ça le même jour, quelle famille !

Nouveau saut en avant, on est en 1996, apparemment le papy reste le seul pilier de la famille.
Le raté fait un flashback en 1989, concours de Air Guitar, là où il est tombé amoureux. Et là, 7 ans après, comme par miracle, il se souvient du numéro de la femme de sa vie !
On passe tout de suite d’une émotion (la joie) à une autre (la peine), parce que papy, qui avait attendu ce jour pour faire goûter à son petit-fils sa meilleure bouteille, casse sa pipe. Le jour même du mariage de son autre petit-fils. Si c’est pas ballot, ça ! Inutile de dire que ça gâche un peu la fête. M’enfin, de là à pas toucher à la pièce montée ! Ah, ces parisiens, quels gaspilleurs !

Dommage qu’on ne voit pas l’enterrement, mais encore un bond en avant, 1998, 2 mois et 13 jours après la finale de la Coupe du Monde de Football !
Fifille a fait une fugue ! Maman range donc sa chambre, et tombe sur le journal intime de ladite fifille.
« Dimanche 5 Avril 1994, Kurt Cobain est mort. » Ca c’est un des secrets gentils qu’elle a écrit, y’en a des vachements mieux :p

Ensuite la mère passe le permis. Jusque là, rien d’anormal. Sauf que quand un chien traverse la route, au lieu de freiner, elle accélère. Une des scènes les plus comiques du film. Bon elle en profite pour flirter avec son inspecteur, normal, quoi. Rien de plus, elle reste sage ^^
J’pense que si elle avait sû qu’elle allait se prendre un camion dans la tronche juste après elle aurait sauté le pas, et l’inspecteur avec. Heureusement elle est juste bien amochée, et son mari trouve le numéro de l’inspecteur dans sa poche.

Nouveau FlashFront (ouais l’inverse d’un FlashBack quoi) en l’an 2000, le père veut arrêter de fumer. Donc il va voir un super médecin (François-Xavier Demaison) pour son mal de dos.
En tout cas en sortant, le fils qui ne lui adressait plus la parole depuis des années monte dans son taxi. Et comme c’est du cinéma, ils se réconcilient. Et ils vont au resto, où le deuxième fils devenu sommelier leur file des grands crus au prix du vin de table. Et hop, comme toute belle famille unie de film, ça se balade, la vie est belle, tout est bien qui finit bien. Malgrès tout, on sent venir un truc. Ah, ça y est, la grande révélation ! Y va crever !
Je pige pas pourquoi ils mettent un slip sur le taxi, ça doit être fashion. Toujours est-il qu’il est bien mort. Fin triste, toussa.

Bon au final c’est un film français, quoi. Pas mal, mais pas mieux.

Et pour ceux qui n’auraient pas vu le film, bah, maintenant c’est trop tard, à la fin la fille est enceinte.

mardi 17 février 2009 Diije, Divers

Laisser une réponse