Live Blogging Différé : En direct du train

Je viens d’inventer un concept unique : le live blogging différé :p
Le principe est très simple : écrire un billet en live depuis un endroit ou un évenement spécial, mais ne le poster que plus tard vu.

Donc, aujourd’hui Lundi 5 Mai 2008, je vous écrit en direct du train « Cin’lneufansoisan’izneuf à destination de Cler’ont’errand ».
Je pense que le but des contrôleurs quand ils font une annonce dans un train, c’est de dire le maximum de mots en un minimum de temps. Genre « Reccord battu ! 2 secondes ! ». D’un autre côté leurs messages à la con ça fait chier tout le monde et ça m’oblige à mettre mon film en pause. Quand on l’entend. De toute façon on comprend jamais.

Martine bosse à la SNCF

Pourquoi vous écrire depuis un train ? Ben, c’est l’une des dernières fois que je prends le train cette année, en tout cas pour aller en cours. Et vu que je m’emerde un peu, ça m’occupe.
D’autant que j’ai plein de trucs à raconter sur les trains !

Par exemple la semaine dernière j’ai eu la chance d’entendre mon voisin larguer sa copine au téléphone. La pauvre s’en est pris plein la gueule, mais bon, c’est une fille, elle devait être chiante. Les répliques du genre « J’en ai marre de me taper la honte à chaque fois que je suis au téléphone avec toi en public » le prouvent.
‘Fin le téléphone c’est pas super sympa pour mettre fin à une relation. C’est vrai, quoi, elle aurait peut être voulu lui mettre une baffe à ce con ! En plus le téléphone dans le train c’est naze : comme les annonces du contrôleur, ça fait chier le monde, et en plus on n’entend pas son correspondant et ça coupe.

Après on a souvent droit à la colonie de vacances qui fout le bordel dans la rame. Que ceux qui n’ont encore pas connu ça se rassurent, ça finira par leur arriver 🙂
De mon temps on était plus sympas, on faisait participer ces pauvres usagers de la sneuceufeuh qui n’avaient rien demandé. Au moins ça les faisait chier mais ils se marraient. Ou pas.

Vous noterez l’emploi du terme usager. Et oui, y’a pas de clients à la SNCF, rien à foutre qu’un usager soit pas content, parce que la greluche du guichet se fout de sa gueule ou que cet enfoiré de cheminot est encore en grève, de toute façon il a pas le choix, on a le monopole :p
Les grèves c’est comme Noël pour les enfants, tout le monde à la SNCF attend ça avec impatience. Et on trouve toujours une bonne raison : non à la suppression de la prime au charbon (vive l’électricité et le fuel, hein), au passage aux horaires d’hiver, etc. Un truc qui serait bien, et je suis sûr que les dirigeants réagiraient au quart de tour et accorderaient tout ce qu’ils veulent au grévistes, ça serait d’inaugurer un nouveau type de grève : plutôt que de pas bosser, faire voyager les gens gratuitement.

Retour à la normale à la SNCF (Philippe Tastet)

Sinon en voisins sympas y’a aussi les vieux qui se racontent leur vie : « J’me souvient, ce train, je l’ai pris le 12 octobre 1722, il partait à 13h22 et on mettait 10 heures pour aller à Paris ! Même qu’on passait par Strasbourg. » (j’exagère (presque) pas, j’ai vraiment entendu des trucs du genre), ou les deux copines qui parlent de leurs mecs respectifs, genre « tu m’le prete ? ».
Il arrive aussi qu’on tombe sur le vieux camarade de classe qu’on peut pas saquer. Dans le meilleur des cas c’est réciproque et on s’évite, mais de temps en temps on tombe sur un crétin qui vous prend pour son pote. Deux choix s’offrent alors : faire semblant d’être sympa ou vaquer le lourdingue. J’ai essayé les deux, je préfère la deuxième méthode, plus de fun :p

Ah, tiens, on arrive en gare de Moulins (ben oui c’est du live, même que y’a deux greluches qui causent une langue bizarre que je comprends pas à deux sièges derrière moi). Parlons donc des gares. Normalement c’est interdit de fumer dans l’enceinte de la gare, la super annonceuse elle le dit. Ben même le chef de gare il fume !
D’ailleurs, l’annonceuse, c’est pas ça faute, hein, mais souvent son message il est diffusé au moment même où y’a un train qui freine sur la voie d’à côté. « Elle a dit quoi là ? » « Chai pas, pas compris. » Dommage, votre train est supprimé 🙂

Voilà Chef Express. Vous savez, la vente ambulante qui vend un café imbuvable « pour seulement la peau du cul. »
Y’a plusieurs types de vendeurs. Du mec supra déterminé qui fait quinze aller-retours dans tout le train pour vendre trois malheureux sandwiches au désabusé qui fait bien comprendre au micro que si t’as faim, ben t’attends d’arriver parce que lui il en a marre. Généralement ils commencent comme le premier et deviennent vite comme le second.

Le truc primordial dans le train c’est de trouver quelque chose à faire pour s’occuper. On peut dormir, mais garre à ne pas louper l’arrêt. On peut lire, sauf si ça fait vomir, ou regarder un film (mais là j’ai oublié mes écouteurs, et vu que je hais les kikoulaules qui mettent leur musique de merde à fond histoire que tout le monde se rende compte qu’ils ont des goûts de chiottes, …), ou encore regarder le magnifique paysage de poteaux et de rails qui borde toutes les voies.
Sinon on peut avoir la chance de voyager avec un pote (un vrai, cette fois) et donc de pouvoir causer. Y’a aussi les sérieux qui bossent ou les stressés qui révisent leurs cours, ou encore la bande de copains qui viennent de faire la tourné des caves et ont ramené plein de produits du terroir à déguster – d’ailleurs c’est les seuls qui se mettent à gueuler dans le wagon « Est-ce que quelqu’un aurait un couteau siouplé ? » (le mec bourré est pas prévoyant) – mais j’en vois rarement qui bloguent (je vous dit que j’ai inventé un concept :p).
Généralement je fais un peu de tout, sauf les trucs à plusieurs quand je suis tout seul (ben oui, forcement).

Mais moi ce que j’aime bien en train, c’est la convivialité. Tout le monde il cause à son voisin, il fait connaisance et tout. Genre Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Par exemple l’an dernier j’avais la chance de prendre le train tous les jours pour aller à la fac. 2h de train par jour, avec les mêmes gens, pendant 10 mois. Bon, y’avait bien la bande de djeunz qui chantaient du TTC et se croyaient chez mémé, à qui j’avais aucune envie de parler. Mais les autres, je leur aurai bien causé moi. Même pas ils répondaient à mes « Bonjour » ! Alors du coup j’ai appris à m’endormir en moins de deux, et à me réveiller pile quand fallait descendre. Bon, ok, la fatigue a bien aidé, aussi. Forcement, quand on dort que 4 heures par nuit, vient un moment où on faiblit.
C’était génial, de s’endormir comme ça. Mais bizarrement ça marchait que dans ce train-là. Et ça aidait pas trop le jour des partiels, quand il fallait réviser dans le train avant d’arriver. Ce qui étrangement m’a bien réussi :p

Donc là, live blogging powa, on s’arrête en pleine voie. Ben oui, c’est génial, la SNCF, on s’arrête en pleine voie, la loco va peut être exploser d’un moment à l’autre, mais la seule info à laquelle on a droit c’est le reccord du monde du nombre de mots en une seconde. Parfois au bout d’une journée d’attente on vous explique que le train a percuté un arbre.

Bon, j’ai plus de batterie (ben ouais, j’ai qu’un vieux laptop poussif, moi) et y’a pas de prise aux alentours, donc je vais m’arrêter là. A l’année prochaine, Corail Téoz !

mardi 6 mai 2008 Divers

6 Comments pour Live Blogging Différé : En direct du train

  • wullon dit :

    3615MYLIFE mais sympa comme billet :p. Ya pleins de trucs à dire sur le train :D.

  • Eo dit :

    Ouais. Je suis sûre il a pris un nègre pour écrire un truc aussi long !

  • Diije dit :

    C’est vrai que je me suis rendu compte tout à l’heure de la longueur du billet, j’ai battu des reccords je crois.

    Mais nan, je n’ai employé personne :p

  • Eo dit :

    J’ai jamais sous-entendu que tu l’avais payé.

  • Mandar1ne dit :

    Superbe !!
    Ca c est du vécu ( et je l ai vécu je sais de quoi je parle ), mais contrairement à toi Diije j ai reussi a « causer » avec mes voisins 😀

  • Laisser une réponse