Divers

LPJDRDTV

Aujourd’hui, j’innove, je conceptualise. Review d’un film pendant le visionnage. Gare aux spoilers, il va y en avoir.
Je précise que j’ai jamais vu le film, et que je donne juste mon point de vue :p

Le Premier Jour du Reste de ta Vie

C’est assez marrant, 88, mon année de naissance. A l’époque c’était les tous débuts des patchs anti-tabac, apparemment.
Ca commence par l’enterrement d’un chien, très romanesque.
Et ensuite il rencontre une fille. Le héros, pas le chien, lui il est mort. Elle est un peu cinglée, la fille. J’imagine que c’était la mode, à l’époque, le thé vert prémaché par des moines tibétains. Aujourd’hui c’est plutôt les moines tibétains prémachés par les chinois. En tout cas les saligauds ils couchent dès le premier soir !

Ensuite on fait un saut 5 ans plus tard. Période Grunge, Kurt Cobain et compagnie. On apprend que Grunge est un terme qui désigne les mycoses qu’on a entre les doigts de pieds. Ca c’est de l’info qui déchire.
Evidemment la petite soeur du mec de toute à l’heure est maintenant une adolescente en pleine crise, c’est marrant ça rappelle des souvenirs. Par contre ses parents les enflures ont oublié son anniversaire, on comprend qu’elle se rebelle la pauvre petite.
La scène où elle est devant les parents de son petit ami avec du sperme plein la bouche est assez drôle :p
Par contre le copain en question chante comme une merde.
OH MON DIEU ! DU SANG SOUS LA PORTE ! Mais non, c’est pas un film d’horreur, juste l’équivalent de « te voilà un homme, fils » en féminin. Ouais, tu t’es fait baiser, ma fille, c’est le cas de le dire :D
Le repas de famille qui se barre en couille grave. Scène classique dans les trucs français, mais particulièrement drôle ici.
Par contre la fête où y’a des gens de 15 à 25 ans qui s’enfile des teq-pafs, j’y crois moyen.

Et encore un effet de style classique : le gros silence figé avec gros plan sur la tête des persos principaux pour nous montrer que le charme est rompu. Ouais, il lui a cassé le nez, quoi. En tout cas les statuts on changé : le fils prodige se révèle pas si parfait que ça, le raté est plus sympa qu’il n’en a l’air, et la fille est devenue une femme, tout ça le même jour, quelle famille !

Nouveau saut en avant, on est en 1996, apparemment le papy reste le seul pilier de la famille.
Le raté fait un flashback en 1989, concours de Air Guitar, là où il est tombé amoureux. Et là, 7 ans après, comme par miracle, il se souvient du numéro de la femme de sa vie !
On passe tout de suite d’une émotion (la joie) à une autre (la peine), parce que papy, qui avait attendu ce jour pour faire goûter à son petit-fils sa meilleure bouteille, casse sa pipe. Le jour même du mariage de son autre petit-fils. Si c’est pas ballot, ça ! Inutile de dire que ça gâche un peu la fête. M’enfin, de là à pas toucher à la pièce montée ! Ah, ces parisiens, quels gaspilleurs !

Dommage qu’on ne voit pas l’enterrement, mais encore un bond en avant, 1998, 2 mois et 13 jours après la finale de la Coupe du Monde de Football !
Fifille a fait une fugue ! Maman range donc sa chambre, et tombe sur le journal intime de ladite fifille.
« Dimanche 5 Avril 1994, Kurt Cobain est mort. » Ca c’est un des secrets gentils qu’elle a écrit, y’en a des vachements mieux :p

Ensuite la mère passe le permis. Jusque là, rien d’anormal. Sauf que quand un chien traverse la route, au lieu de freiner, elle accélère. Une des scènes les plus comiques du film. Bon elle en profite pour flirter avec son inspecteur, normal, quoi. Rien de plus, elle reste sage ^^
J’pense que si elle avait sû qu’elle allait se prendre un camion dans la tronche juste après elle aurait sauté le pas, et l’inspecteur avec. Heureusement elle est juste bien amochée, et son mari trouve le numéro de l’inspecteur dans sa poche.

Nouveau FlashFront (ouais l’inverse d’un FlashBack quoi) en l’an 2000, le père veut arrêter de fumer. Donc il va voir un super médecin (François-Xavier Demaison) pour son mal de dos.
En tout cas en sortant, le fils qui ne lui adressait plus la parole depuis des années monte dans son taxi. Et comme c’est du cinéma, ils se réconcilient. Et ils vont au resto, où le deuxième fils devenu sommelier leur file des grands crus au prix du vin de table. Et hop, comme toute belle famille unie de film, ça se balade, la vie est belle, tout est bien qui finit bien. Malgrès tout, on sent venir un truc. Ah, ça y est, la grande révélation ! Y va crever !
Je pige pas pourquoi ils mettent un slip sur le taxi, ça doit être fashion. Toujours est-il qu’il est bien mort. Fin triste, toussa.

Bon au final c’est un film français, quoi. Pas mal, mais pas mieux.

Et pour ceux qui n’auraient pas vu le film, bah, maintenant c’est trop tard, à la fin la fille est enceinte.

Mardi 17 février 2009 Diije, Divers Pas de commentaire

New topic is new

Ce titre déchire. Tout.
Surtout que je sais pas trop de quoi vous parler. Alors j’expérimente une nouvelle forme d’écriture : j’écris ce qui me passe par la tête.

Je pourrais parler de l’ingénierie sociale sur msn messenger (ou windows live messenger de son nouveau nom), qui peut être très poussée, tellement certains nous racontent leur vie rien qu’avec leur pseudo, leur avatar ou leur message perso. Sans rire, j’en connais qui dévoilent tous les détails de leur vie, c’est mal. D’ailleurs, en ce moment on parle beaucoup d’identité numérique avec l’article du Tigre, et y’en a qui feraient mieux d’être un peu plus prudents.
L’identité numérique : encore un sujet dont nos politiciens vont parler pendant des années avant de prendre une décision qui sera mauvaise et obsolète.

Mais bon, msn et la politique, c’est naze. On pourrait parler de sport, il y a pas mal d’actu ce week-end : Dakar, Foot, Tennis, Handball, … Mais le sport c’est naze aussi. Enfin bref, y’a plein de sujets plus ou moins intéressants à aborder, qui pourraient me faire tenir un moment, mais j’ai trouvé celui dont je vais finalement parler !

Je trouve que je fais des rêves super réalistes. J’y connais pas grand chose en rêves, et je me doute bien que les rêves dont on se souvient au réveil font moins appel au subconscient que les autres, mais tout de même. Evidemment ça reste des rêves, et y’a beaucoup de flou artistique, mais il y a quand même pas mal de trucs qui m’intriguent : je me rappelle de détails vraiment très précis, des gens, des endroits, des sites internet (si si je vous jure), … Parfois assez troublants. J’espère ne pas être le seul à qui ça arrive, parce que je sais que je suis une exception de la nature, mais bon, je reste un humain, à la base :p

Bon sinon, il va falloir que j’apprenne à dessiner.

Dimanche 18 janvier 2009 Diije, Divers 5 commentaires

Old year is old

Ca y est, on est en 2009. Ca passe vite.

Bon, y’en a qui font des bilans de l’année précédente, ou qui s’imaginent des trucs sur celle qui débute.
Je dirais juste que l’année 2008 a eu ses bons côtés, et ses mauvais, et que j’espère que celle-ci sera pas mal non plus.

Objectifs de l’année : trouver un stage, avoir ma licence, finaliser deux ou trois projets, et écrire pour teu.be.

Voilà, meilleurs vieux à vous.

Vendredi 2 janvier 2009 Diije, Divers Pas de commentaire

Nowel

Bon, allez, pour la forme :


Joyeux Noël !

Youpi.

Sinon j’ai une question super importante : quelqu’un a-t-il déjà passé le réveillon de Noël chez McDo ?

Jeudi 25 décembre 2008 Diije, Divers Un commentaire

Snowball

La neige. C’est un truc d’enfoiré ça quand même. Dieu quand il a inventé la météo il s’est dit, bon, j’ai fait l’arc en ciel, c’est joli, la pluie, c’est chiant, et ben je vais faire un mix des deux ! Donc on a la neige, c’est joli, mais ça fait chier.
Premièrement quand ça tombe c’est un peu comme la pluie : ça mouille. Sauf que là en plus d’être mouillé t’es gelé. Bah ouais, qui dit neige dit température froide. Et en plus, vu que c’est léger, le moindre coup de vent t’en fout plein la gueule.
Et même quand t’es pas dehors, quand la neige tombe, suffit que quelqu’un regarde par la fenetre pour que tout le monde affiche un sourire niais et soit tout exité.

Bon, une fois que c’est tombé, c’est joli, tout est blanc, gnagnagna, on peut aller dehors faire des bonhommes de neige (qui d’ailleurs ne ressemblent pas franchement à des bonhommes : vous avez une carotte à la place du nez et des cailloux en guise d’yeux, vous ?), des batailles de boules de neige, etc.
En parlant de Boule de Neige, c’est le nom du(des) chat(s) des Simpsons. Et j’ai jamais compris le rapport, vu qu’il(s) est(sont) noir(s). Donc si quelqu’un peut m’expliquer …
C’est quand même bien les batailles de boules de neige. T’en as pas eu assez d’être trempé quand la neige est tombée, faut que tu recommences. Ouais parce que quand t’as 5 ans, tu fais que jetter deux trois boules dans la tronche des copains, mais très vite le but du jeu c’est que les (sous) vêtements des filles soient trempés. Faut dire aussi qu’elles le cherchent, sinon elles se débrouilleraient pour éviter de passer dans le coin. C’est quand même très con, parce qu’une fois qu’elle aura une pneumonie, la fille, elle aura l’air vachement moins sexy avec ses 5 pulls et ses 3 écharpes.

Mais surtout, c’est n’est qu’une fois qu’elle est tombée que la neige devient vraiment diabolique. Bah ouais, une belle couche de neige, on se méfie pas. Les chinois comprennent pas tous et à voir leurs têtes ils ont l’air de se dire « Tiens, y’avait une soirée mousse dans toute la ville cette nuit ? Pourquoi j’étais pas au courant ? » et on pourrait leur répondre qu’ils l’étaient, mais qu’ils sont chinois et qu’ils n’avaient pas capté, mais je m’égare.
Bien souvent, la couche de neige, dans ma campagne natale, ne fait que recouvrir de la neige. Mais en ville c’est vachement plus traitre. Mise en situation : Dimanche soir, 22h, vous descendez du train, Clermont-Ferrand est sous la neige. Pas de problème, je vais prendre le bus pour rentrer chez moi, en prennant le temps au passage d’admirer les quelques affolés qui se préparent à affronter le monde exterieur comme s’il sagissait de marcher jusqu’au Pôle Nord. Ah, tiens, y’a pas de bus à cause de la neige.
Ok, on rentre à pied. Ouais, sauf que sous la fine couche de neige se cache une belle plaque de verglas. Sur presque tout le trajet. Alors on se fout de la gueule des pingouins à cause de leur façon de marcher, mais en fait je les comprend, sur la glace, l’adhérence c’est pas génial, surtout quand on a des semelles lisses …
Heureusement, par endroit la neige a fondu, et apparement le trottoir est toujours là. Génial, une petite pointe de vitesse et hop, on se prépare à retourner sur le verglas. Sauf que y’a un stade, quand la neige n’est plus tout à fait de la neige et pas encore tout à fait de l’eau, ça a un aspect de neige, on jurerait que c’en est, jusqu’à ce qu’on marche dessus, parce que là on en a plein les chaussettes et on a réalisé que c’était une flaque d’eau.

Alors voilà, y’a plein de gens qui ont l’air d’adorer ça, mais au final c’est comme les Pandas, c’est inutile.

Lundi 15 décembre 2008 Diije, Divers Pas de commentaire