Archives de octobre 2009

Cinémouais

Je suis allé au cinéma la semaine dernière, voir un film avec Jean Dujardin dans lequel ce dernier incarne un personnage de bande dessinée bien connu qui tire plus vite que son ombre.
Je passerai rapidement sur le film pour dire qu’à part quelques scènes qui m’ont fait sourire, deux ou trois références sympa, et un générique qui est à mon avis la meilleure scène du film, c’est un peu un navet.
Par contre le passage que j’ai préféré lors de mon séjour dans ce ciné (le pire étant le dialogue avec la caissière, j’ai failli faire demi-tour), c’est les pubs d’avant-film.

Des performances d’acteurs époustouflantes de réalisme, des textes originaux et convaincants, des graphismes dignes du dernier Pixar, … le summum de la communication en somme. Soyons clairs, c’est totalement ridicule, tellement mauvais que c’en devient comique. Et n’allez pas croire que je veux juste me moquer, j’ai vraiment adoré ! Du coup je commence à me demander s’il est possible de revoir ces pubs ailleurs que dans des cinémas. Les gens qui font des films « comiques » comme Lucky Luke devraient aller plus souvent au cinéma voir ces pubs, parce qu’ils ont des leçons à prendre. Bon, d’un autre côté, les réalisateurs et les acteurs des dites pubs font pas exprès d’être drôles.

En tout cas, s’il y a une seule raison de ne pas pirater des films, c’est bien les pubs.

Samedi 31 octobre 2009 Coups de coeur, Diije 2 commentaires

Pourquoi les vieux ?

Pour ceux qui ne seraient pas au courant, actuellement je suis étudiant dans une ville qui fut autrefois « capitale » de la France. Jusqu’ici, rien d’anormal, c’est même plutôt bien ce que j’étudie, la ville est sympa, y’a des arbres, de l’eau, des bars, … Mais y’a aussi beaucoup de vieux.
On sait tous qu’on tend plus ou moins à devenir vieux un jour, et même si certains prétendent qu’on peut rester jeune dans sa tête, j’ai pas encore croisé beaucoup de septuagénaires en boîte de nuit. Mais, pour ma part, j’espère bien qu’il me reste encore un paquet d’années avant que les gamins qui me croisent dans la rue m’appellent « Coton Tige ». Ou mieux : Coton Diije !
En tout cas, même si j’ai globalement rien contre les vieux, particulièrement les étés de canicule, il faut bien reconnaitre que comme le dit un célèbre philosophe de notre temps, quand y’en a un ça va, c’est quand il y en a plusieurs qu’on a des problèmes. Et ici, y’en a pas qu’un peu, du papy !
Sans rire, je viens d’aller à la poste, c’est à 500m de chez moi d’après Google Maps, bah j’ai bien croisé une quinzaine de vieux !

Les vieux, c’est un peu comme les chinois, ça se balade souvent en groupe. Sauf que les chinois, ils sont pas d’ici, normalement, et ils parlent rarement français entre eux. J’admets que les vieux non plus ne parlent pas toujours vraiment français. Et deux vieux qui parlent (c’est un dialogue, trois c’est un enterrement), ça critique les jeunes et la technologie, forcément. Pour appuyer mes propos, voilà une vidéo des Deschiens, argument d’autorité en la matière :

Par définition, le vieux est retraité. Du coup il a le temps d’aller faire ses courses à peu près n’importe quand. Mais non, c’est bien mieux d’y aller aux heures de pointe, parce que du coup on peut râler sur ces jeunes qui achètent n’importe quoi, se plaindre à Ma’ame Dupont qu’on a mal aux reins et dire que, de not’ temps, hein … Bref prendre bien son temps pour acheter sa malheureuse baguette de pain et son paquet de couches sénior assorties, pour ensuite arriver à la caisse et demander à passer devant tout le monde parce qu’on va louper la fin des Grosses Têtes.

Mais la concentration de vieux a des conséquences insidieuses, aussi. Par exemple, vu que les vieux ont des sous et bouffent peu, les restos sont chers et les pizzas petites. Du coup les étudiants doivent se serrer la ceinture et se contenter de pâtes. La pire de ces conséquences reste cependant à mon avis l’état de saleté des trottoirs. Je m’explique : un vieux, au bout d’un moment, ça vit seul. Du coup ça achète un roquet histoire de se tenir compagnie. Lequel roquet va être promené par tout par son vieux, et en profiter pour pisser et chier n’importe où. D’où les merdes à intervalle régulier sur les trottoirs.
Il est aussi possible que le vieux opte pour une armée de chats, mais ces sales bêtes préfèrent chier en intérieur, donc c’est moins embêtant pour le piéton lambda.

Méfiez-vous des vieux à roulettes !

Les dangers provoqués par les vieux sont donc multiples, et sans vouloir en dresser une liste exhaustive, je vous recommande de les cotoyer avec modération. Evitez principalement les vieux au volant, ou pire, les vieilles au volant (ça marche aussi pour les vieux aux commandes d’un fauteuil roulant), mais aussi ceux qui veulent vous filer des sous : après vous vous sentirez redevables et devrez leur payer leur séjour en maison de retraite. Cela dit, s’ils vous filent des sous, prenez-les et gardez à l’esprit qu’à cause de leur prolifération, quand nous aurons leur âge, la retraite, on pourra se la mettre bien profond :p

Mardi 27 octobre 2009 Diije, Divers 2 commentaires

Twitter, le nouvel outil du clash

Cela fait maintenant plusieurs mois que j’utilise Twitter quasi-quotidiennement (y’a des jours où j’ai pas d’accès au net, du coup c’est moins facile :p), et je remarque que ce site, en plus d’être un très bon outil de communication, dont j’ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog, est une belle usine à clash.

D’habitude, sur les blogs, forums, salons IRC et consorts, on assiste à de jolis trolls, le classique restant windows/linux. Mais sur Twitter, on passe au niveau supérieur ! Maintenant ce ne sont plus les simples trouffions (ou lecteurs, c’est plus clâsse) qui se tapent dessus, mais les influents, les chefs, les « grands ». Du coup pour pas passer pour des n00bs auprès de leurs lecteurs/followers, lesdits « grands » trouvent des sujets vachement plus hype. La plupart du temps ils sont tous d’accord pour taper sur un autre, un politique la plupart du temps (Ségolène, Frédéric Mitterand, ou encore Jean Sarkozy par exemple). Et tout ce beau monde déborde de créativité pour exprimer son avis. Bien souvent les tentatives d’argumentation des personnes visées sont ridicules et ne donnent lieu qu’à une nouvelle vague de huées, TLBM comme ils disent.
Mais là où ça devient vraiment intéressant, c’est quand ils se tapent entre eux. Et du coup ça devient beaucoup plus sournois : publication de billets, rédaction de commentaires acerbes, tweets en pagaille, … Très franchement, ça doit être difficile le métier de blogueur influent, moi je me vois pas suivre les discussions sur tous ces sites en même temps. D’ailleurs pour leur éviter la corvée de me lire, je vais pas faire de lien vers le dernier exemple en date, j’suis sympa hein ?

Vous me direz, y’a pas grand chose de nouveau, ce genre de clash a toujours existé. Peut-être, mais c’est ce qui est intéressant sur Twitter : j’ai l’impression que la majorité des discussions (excepté les messages pour dire qu’on revient des toilettes ou qu’on a posté un super billet sur son blog) servent à diffuser des photos/vidéos à la con ou à basher un autre twitteros.

Je ne suis pas sociologue, mais c’est quand même marrant cette tendance qu’on a, à utiliser tous nos moyens de communication pour se battre. Enfin, tant que ce ne sont que des mots, y’a pas mort d’homme.

Dimanche 18 octobre 2009 Diije, Web 3 commentaires